lundi 28 août 2017

Saint Perdon au Plumaçon (an IX)

Ce qu'il faut quand-même savoir sur la novillada-concours du 27 août 2017...
Analyse non exhaustive.

La puya de tienta n'a pas sa place dans un ruedo. En tout cas pas dès la 3ème "pique" !


Si vous vous fiez à certains commentaires généralistes sur cette course ou à son bilan factuel, sans doute n'aurez-vous pas un aperçu tout à fait réaliste de ce que fut la 9ème édition de St Perdon au Plumaçon : ô combien décevante.

Quatre (au moins) des six novillos en compétition présentaient des cornes abîmées. Juste inacceptable. Ici comme à Roquefort, Parentis ou autres arènes se prévalant d'une vision authentique de la tauromachie. C'est une année noire de ce point de vue là.

Le novillo de Pedraza de Yeltes, tenant du titre (!), était imprésentable et une organisation, même modeste, même bénévole, ne peut pas se permettre ce genre d'impair. C'est discréditant.
Chaque fois qu'un animal indigne sort en piste, un coup de plus est porté à la Fiesta Brava.

Indépendamment de ses qualités intrinsèques (qui étaient bien réelles), un novillo économisé au tercio de varas du fait de son gabarit minuscule et bénéficiant d'une 3ème rencontre aménagée par l'utilisation d'une pique de tienta (c'est à dire pas de pique du tout) ne peut en aucun cas effectuer une vuelta posthume et encore moins gagner un concours de ganaderias ; dont, soit dit en passant, l'équité devient nulle.
Cette tendance naissante est à proscrire impérativement sans quoi le 1er tiers ne sera plus bientôt qu'un fac-similé de ce qu'il peut et doit être : brutal, sauvage, grave, véritable étendard de nos traditions.

La corrida light n'a pas d'avenir.

mercredi 16 août 2017

Une corrida pour la petite histoire (1ère partie)

Une fois n'est pas coutume, parlons (aussi) un peu de Dax...


L'animal sauvage peut-il être issu d'une alchimie parfaite ?
Vous avez 2 heures.

Photo extraite du compte Twitter de José Ignacio Sanchez, représentant de la ganaderia Pedraza de Yeltes



Peut-on qualifier de grande course une corrida qui ne reçoit que les douze piques réglementaires, plus une simulée (réclamée à corps et à cris par la foule, à fort juste titre), et dont certaines furent même écourtées par le retentissement des clarines en plein tercio ? Apparemment oui... Si l'on en croit le tohu-bohu d'auto-satisfactions et de complaisances qu'elle a généré.

Le triomphalisme, qui est un fléau de la tauromachie et aura sa peau, ne semble plus tracasser personne et des aficionados même avertis s'en accommodent. De la corrida de Pedraza de Yeltes combattue à Dax le 14 août 2017, on aurait pu retenir le travail calibrée (mais littéralement gâché par l'irruption bien trop tardive de la fanfare) de Rafaelillo au 1er, seul toro compliqué, ou son estoconazo au 4, la réception au capote de Luque au 5 et son entame de faena, la batacazo mémorable que "Tontillo", 3ème toro du jour, infligea à la cavalerie, poussant le cheval sur plus de dix mètres et ne lâchant toujours pas sa proie alors qu'il l'avait clouée au sol. Nous aurions pu garder en mémoire les prestations des picadors Juan José Esquivel et Pedro Itturalde qui, eux, sont l'avenir de la tradition taurine. Tout ça s'est bien produit et "Brigadier" qui était un vrai toro brave, aurait pu être piqué 4 fois avec une vraie pique et obtenir un vrai triomphe. Légitime celui-là...

La corrida de Pedraza de Yeltes version 2017 à Dax ne fut ni du niveau de 2015, ni du niveau de 2014. Loin de là. Et la façon dont elle a été présidée est juste malheureuse : gestion défaillante du tercio des piques privant incompréhensiblement l'aficion de tout un pan des émotions possibles dans une arène, communication nulle avec les cuadrillas, musique à gogo, musique aux piques (?!) sur des tercios réduits à leur plus simple expression, attribution complètement farfelue des oreilles et des tours de piste post-mortem.

Il faut, sans cesse, continuer à se questionner.
Peut-on juger vraiment de la bravoure d'un toro en seulement 2 rencontres au 1er tiers ? La première pique est-elle vraiment révélatrice du tempérament d'un toro ? Comment un toro peut-il montrer autant de caractère au tercio de varas et si peu de sauvagerie ensuite ? Voire aucune. A en devenir complètement fade... Car c'est bien de cela qu'il s'agit. Dociles, bien trop dociles dans les muletas ont été les Pedrazas. Les ganaderos du Campo Charro sont-il parvenus en quelques années à peine au summum du dressage de l'animal dit de combat ? Tueur de chevaux (pour faire plaisir aux aficionados) et naïf dans les muletas (pour le plus grand plaisir des toreros). Les faits sont là. Urdiales, Castaño, Ferrera, Perez Mota, Del Alamo, Joselito Adame, Rafaelillo (!), tous s'étaient cassés les dents sur les Pedrazas de Dax, laissant seul (en 2015) le mayoral sortir en triomphe sous les yeux embués d'un public hébété par la manifestation d'autant de caste. Au Pedrazas, on ne faisait pas de redondos, dans un sens puis dans l'autre, on ne faisait pas de luquesinas. Face aux Pedrazas on ne se mettait pas à genoux. On restait debout ! On ne toréait pas en rond. On ne se relâchait pas. Ils ne le permettaient pas...

Redonnons à nos discussions un peu de saveur. Ne cédons pas aux sirènes de la facilité, pour le plus grand bonheur du mundillo, avisé, comme de nos organisateurs, en manque de reconnaissance ou de succès.

dimanche 30 avril 2017

Saint Perdon au Plumaçon (an IX)



C'est une nouvelle fois aux organisateurs de St Perdon que nous devrons de voir défiler au Plumaçon en 2017 des élevages que nous aimons, menés par de véritables ganaderos.
Cela fait maintenant 9 ans que les aficionados de La Muleta présentent à Mont de Marsan des novilladas de qualité ou au moins dignes d'intérêt.

Sans plus de commentaires (pour le moment)...


vendredi 10 mars 2017

Un peu de polémique (III)

...au sujet de la Madeleine 2016 (et de la 2017). Grave ou moins grave ? A vous de juger...


Photo du web

7 mois après l’événement de triste mémoire qui nous intéresse ici, nous pouvons enfin vous révéler un élément de réponse. Pourquoi le 1er Miura de la corrida du dimanche 24 juillet dernier, complètement inapte au combat, a-t-il été maintenu en piste contre l'avis de tous de façon incroyable, mettant par la même à mal la réussite (hypothétique) de cette course dans son ensemble ? Comment un tel acte de défiance à l'égard des aficionados (payants) a-t-il pu avoir lieu ?

Et bien... C'est juste qu'en pleine Madeleine, il n'y avait pas de sobreros dignes de ce nom dans les corrales ! Pas un. C'est tout. Il y a des gens qui accepte de présider des corridas en sachant cela. Qui sont prêts à accepter ça. Qui sont prêts à tout quoi...

Et dans quelques semaines, on nous expliquera que les corridas toristas, ça n'intéresse pas les gens. Ca ne fonctionne pas. Et puis c'est difficile à organiser. Alors une dans la semaine*, c'est déjà bien. Bla-bla-bla, bla-bla-bla...

Foutaise.

(*) il va de soi qu'en 2017, une corrida de La Quinta avec Fandiño et Garrido ne peut être considérée comme torista.


_______________________________

PS : La photo d'illustration ne correspond pas au propos ci-dessus mais il est très difficile de trouver des clichés de palcos de la Madeleine faisant apparaître d'autres présidents. Toutes nos excuses pour cette approximation.

dimanche 19 février 2017

Un peu de polémique (II)...

...au sujet de la Madeleine 2016. Grave ou moins grave ? A vous de juger...

Photo du web

Peut-on à ce niveau-là de présentation parler encore de Toro de Combat ? 

Et bien ce Gnougne (comme on a l'habitude de les nommer affectueusement tellement il nous font penser à des doudous) a bénéficié, pour son immense candeur, d'une vuelta al ruedo posthume lors de la dernière Madeleine.

Il ne fait aucun doute qu'il y aura encore des Nuñez del Cuvillo en 2017 au Plumaçon. C'est juste hallucinant, révélateur des intérêts du système taurin (et des sbires qui y pullulent) et symbolique de ce qu'est le plus souvent notre Culture Taurine. Il faut parait-il y mettre des majuscules, en être fiers et nous préparer à la défendre bec et ongle !

Sans nous...